Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

21.01

Pourquoi dit-on d'un magazine de mode que c'est une bible?

Pourquoi dit-on d'un magazine de mode que c'est une bible?

Employé au sens figuré, on s'en doute mais tellement récurrent: "ma bible, c'est Vogue", "non mais attends, faut que tu lises "Dress Code" c'est une vé-ri-ta-ble bible". Comme si l'on ingurgitait sans penser, comme si, parce que c'était dans un magazine de "référence" hop on absorbait comme de bons petits soldats.

P1210155.JPG

Pas un seul instant il s'agit de s'interroger sur ce que nous en tant qu'individu unique, on aime porter, sur ce que moi je trouve beau, sur ce qui me touche, qui m'émeut. Pas sur ce que Grazia ou Elle préconisent de faire.
Pourtant, des phrases comme ça ne viennent pas de personne décérébrées, ce sont des têtes qui réfléchissent, qui sont capable d'avoir un avis critique et une opinion.

Et qui clament donc que pour tout ce qui concerne leur partie la plus intime (leur corps et la manière de l'exposer ou de le cacher), on se réfère à l'avis supérieur, de manière quasi religieuse et mystique.

A-t-on à ce point là si peu confiance en soi pour qu'il soit plus facile de se montrer d'une manière qui ne nous correspond pas mais qui est globalement acceptée ("bah, cette fille là suit la mode, c'est tout") plutôt que d'oser simplement suivre ses pulsions ou oser s'en foutre? A-t-on vraiment besoin de quelqu'un qui nous indique les codes de bonne conduite?

Nous sommes dans une société de l'image, il est vrai, où nous sommes jugés d'abord sur notre apparence. Mais faut-il simplement acquiescer et rentrer dans le moule, ou plutôt essayer de modeler les règles à sa façon ou carrément de les changer?

Alors on va me dire que je pinaille, que je ne comprends pas l'humour et l'ironie. Qu'il ne faut pas prendre tout ça trop au sérieux et savoir juste se détendre et se marrer. Oui, peut être. Mais ça n'empêche pas de se poser des questions.
On peut aussi prendre au sérieux des sujets légers, gratter et essayer de voir ce qu'il y a en dessous. L'argument de l'ironie est trop facile, il permet de balayer d'un revers de manche tout questionnement.

On va aussi me reprocher d'être pleine de contradictions et sans cohérence. Oui, il est même très possible que j'achète le livre et les magazines dont je parle et que je prenne du plaisir à les lire. Oui, je me prends en photo pour montrer mes robes, oui la semaine dernière j'ai récupéré ma veste Margiela pour H&M. Mais ça n'est pas parce qu'on faire partie d'un système (et que parfois on prend plaisir à y être) que d'un coup, tout droit de le critiquer doit partir en fumée.

Ce qui est triste, c'est de voir à quelle point nous sommes parfois obsédées par ça. Que la guerre des looks passe avant la guerre des cerveaux.
En soi, il n'y a rien de honteux à avoir envie de renvoyer une bonne image de soi. Mais cela ne doit pas se faire dans une rigidité telle qu'on qualifie de bible un magazine divertissant avec de jolies photographies et qu'on décide en souriant de suivre ses conseils aveuglément et d'y laisser son libre arbitre au passage. Cela ne doit pas nous faire croire que c'est tout ce qui importe, quand tant qu'on a le bon look, tout ira bien. Cela ne doit pas se faire à la place d'un travail intellectuel, que la forme ne prenne pas le dessus sur le fond.

Une expression américaine bien connue dit qu'on a qu'une seule chance de faire bonne impression. Pourquoi pas. Mais, les secondes d'après, on se tait?

Publié dans Mode | Tags : chronique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

18.01

Groninger Museum - Nordic Art 1880 - 1920 Exhibition

munch, winter, painting

harald sohlberg, street in roros

eugene fredrik jansson, dawn over riddafjärden

eugene fredrik jansson, cold bath

laurits andersen ring, at the french windows

vilhelm hammershoi, interior with young woman seen from behind

vilhelm hammershoi, at breakfast

karl nordstrom, fields of oaks at grez

pekka halonen, washing on the ice

carl wilhelmson, church-goers in a boat

anna ancher, harvest time

Much, Winter 1899

Harald Sohlberg, Street in Roros

Eugene Fredrik Jansson, Dawn over Riddafjärden

Eugene Fredrik Jansson, Cold bath

Laurits Andersen Ring, At the French windows

Vilhelm Hammershoi, Interior with young woman seen from behind

Vilhelm Hammershoi, At breakfast

Pekka Halonen, Washing on the ice

Carl Wilhelmson, Church-goers in a boat

Anna Ancher, Harvest time

Publié dans Art | Tags : museum, exhibition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

16.01

Groninger Museum - Architecture

P1220134a.JPG

P1220129.JPG

P1220204.JPG

P1220177.JPG

P1220151.JPG

P1220220.JPG

P1220205.JPG

P1220222.JPG

P1220229.JPG
With Grapes of Ai Weiwei on the third picture.

14.01

Marc Bijl Exhibition @ Groninger Museum

P1220193.JPG

P1220184.JPG

P1220201.JPG

P1220181.JPG

P1220203.JPG

P1220196.JPG

P1220186.JPG

P1220198.JPG

P1220199.JPG

10.01

Dark Outfit #3

P1210298.JPG

P1210291.JPG

P1210310.JPG

P1210315.JPG

P1210292.JPG

urban outfitters, sinequanone, h&m, marc jacobs


Urban Outfitters Sweater - Sinequanone Jacket - H&M Dress
H&M Wedges - Marc Jacobs rings - Necklace from Batumi, Georgia